Ce matin du 25 juin 2021, visites officielles révélatrices pour les offres d’emploi illégales

Nous avons rendu visite ce matin au Maire de Lorient (qui se vante de nombreuses offres non pourvues sur le bassin lorientais) afin de lui prouver qu’il ment (encore). En effet, près de deux tiers des offres qu’il diffuse sur le site de la Ville de Lorient sont illégales (62,7 %). Nous avons précédemment communiqué un dossier complet sur un millier d’offres examinées via ce site. Nous avons trouvé porte close à notre arrivée, la Mairie ayant été prévenue de notre arrivée. Nous voulions seulement rencontrer le Maire afin de lui montrer notre dossier imprimé. Comme d’habitude, Fabrice Loher fuit ses responsabilités, et semble craindre le peuple. Nous aurions été fortunés, il nous aurait accueilli les bras ouverts, mais nous avons la malchance de faire partie de la majorité qui subit le marché de l’emploi qui impose la précarité et le chômage.
Sans réponse de la part de la Mairie, nous avons laissé de gentils messages et sommes allés à un rendez-vous que la sous-Préfecture nous a donné à 11h30. Cette rencontre a donné lieu à une réponse de la part de cette dernière dans un mois… Nous prenons acte de cette promesse d’étudier la question des offres illégales. Nous lui avons gracieusement offert un message dénonçant les offres illégales avant de partir.
Ensuite, nous sommes allés nous renseigner sur la superbe programmation du Théâtre de Lorient que nous avons soi-disant empêchée (alors que nous voulions la cohabitation). Seul l’accueil fonctionne en ce lieu devenu sans vie depuis notre expulsion, et on nous a confirmé quatre spectacles, dont deux au CDDB et deux en extérieur, dont deux reprogrammations de spectacles du directeur, Rodolphe Dana, lui-même. Autrement dit, le Théâtre de Lorient est ouvert à perte, et aucunE intermittenE du spectacle en attente depuis le mois de mars 2020 ne jouera. On méprise toujours les précaires.
Enfin, nous avons décidé de retourner à la Mairie afin d’obtenir enfin un rendez-vous, en vain car on nous a immédiatement fermé la porte d’entrée en baissant le rideau de fer. Nous avions pourtant demandé très aimablement ce rendez-vous. Nous avons constaté au passage le retrait de nos messages laissés quelques heures auparavant. « Le Maire a peur du peuple » est donc le message que nous avons laissé, masqué rapidement par l’abaissement des rideaux extérieurs, alors nous avons profité de l’abandon des panneaux électoraux (ils n’ont pas été modifiés depuis la campagne du premier tour) pour y inscrire ce même message.
Conclusion : les visites furent brèves, mais intenses. Nous avons toutefois bien ri, surtout avec le Maire (élu par défaut), toujours aussi pleutre et menteur.

Laisser un commentaire